user_mobilelogo

Le stress est une réaction normale et automatique de l'organisme qui se prépare à affronter un problème ou un danger. Sous l'effet du stress, le système nerveux dit autonome (non conscient), augmente la sécrétion d'hormones de stress (adrénaline, cortisol, ...) par les surrénales (glandes endocrines situées au pôle supérieur des deux reins). Le stress qui en résulte est ressenti par le biais de diverses manifestations telles que tensions musculaires, tremblements, palpitations, hyperventilation, transpiration, troubles intestinaux, impatience, irritabilité, agressivité, pensées confuses, difficultés de concentration et de mémorisation, etc. Lors d'un stress ou d'un effort, l'organisme sécrète également des endorphines (sorte de morphine) qui ont un effet antalgique et génèrent un état de bien-être. Ces endorphines pourraient (par exemples chez des marathoniens) expliquer une relative dépendance au sport ou au stress.

Les manifestations du stress peuvent se révéler gênantes dans diverses circonstances (par exemple en cas de palpitations ou de transpiration excessive lors d'un examen). Mais face à un danger, le stress augmente l'agressivité, décuple la force et la vitesse ce qui peut s'avérer vital. On peut donc considérer le stress comme un mécanisme d'adaptation qui a permis à nos ancêtres de survivre lorsqu'ils étaient en danger. Toutefois, les capacités de réflexion et la motricité fine sont souvent altérées. Un système de défense doit intégrer ces paramètres pour être efficace en situation de stress. Il doit être composé de mouvements simples, naturels, rapides et peu nombreux. Habituellement, on considère que dix à vingt techniques suffisent pour faire face à la plupart des agressions. Il est peu utile de tenter de maîtriser des centaines de techniques complexes car elles risquent fort d'être inapplicables en cas d'agression. Il est préférable de répéter inlassablement quelques techniques pour qu’elles soient efficaces et deviennent des automatismes applicables dans une situation de stress. Il appartient donc à chacun de trouver ses techniques et enchainements favoris dans cette bibliothèque que constituent les kata de karaté.

On ne pourra jamais prétendre préparer une personne à une réelle agression.Toutefois, voici trois domaines qu’il convient de ne pas négliger:

1) La répétition de techniques simples et efficaces jusqu'à ce qu'elles deviennent des automatismes, des réflexes. 

2) La musculation du corps pour augmenter la masse et la vitesse d'exécution afin d’accroître l’énergie cinétique des coups.

3) Parallèlement, il convient de travailler la préparation psychologique en multipliant les situations de stress à l'entraînement afin de développer le contrôle de soi et un esprit combatif.

Diverses facettes du karaté permettent de travailler ces trois éléments. Les principales sont reprises ci-dessous.

Tous les exercices de durcissement comme le travail au makiwara ou le kote kitae sont des préparations physiques mais également psychologiques pour confronter le pratiquant au contact réel.

Le kihon pratiqué avec ferveur va permettre de développer le corps, l'endurance, la maîtrise des techniques de bases mais aussi la persévérance.

Le kata est également un outil extraordinaire. Il apprend à gérer son stress par la nécessité de rester concentré sur le schéma d'exécution du kata. Il nécessite de visualiser mentalement un combat imaginaire. Il permet l'exécution des techniques à pleine puissance et favorise le contrôle les déplacements dans toutes les directions.

Le kihon ippon kumité applique les techniques de bases avec un partenaire. Il développe les réflexes et le contrôle. Il apprend à rester, à se positionner, à bloquer une attaque et à enchaîner rapidement sur un contre. Il cultive le sang-froid et améliore la confiance en soi indispensable pour aller de l'avant dans un combat.

Le ju kumité va développer les mêmes qualités tout en se rapprochant un peu plus du combat réel. Les coups sont réglementés et contrôlés afin de ne pas blesser le partenaire mais cette simulation de combat développe un esprit d’alerte, à la fois calme et prêt à bondir dans la moindre ouverture. Il faut rester concentré, prêt à saisir toute occasion: la seconde de déconcentration, le changement de distance, l'erreur de timing, etc. La compétition bien que très loin de la situation d'agression peut apprendre à gérer son stress et à l'utiliser à son avantage. Un des buts essentiels du karaté est en effet de parvenir à maîtriser son corps et son esprit dans une situation de stress.

Le shiai est une forme de combat libre où tout est permis sauf de blesser son partenaire. Aucune technique n'est interdite : étranglements, frappes mains ouvertes ou fermées, coups de pieds, de poings, de coudes, de genoux, piques, points de pressions, frappes au sol, projections, clés, etc. Dans ce type combat, même si les coups sont portés, il est nécessaire que les pratiquants soit expérimentés et en mesure de contrôler leurs techniques afin de respecter l'intégrité morale et physique de leur partenaire.

Ce type d'affrontement ne peut se faire en compétition car il ne peut y avoir de récompenses ou de public à satisfaire. En effet, l'intégrité de l'autre est trop importante pour qu'on la soumette aux pulsions de l'égo très difficile à contrôler...

Bref, chaque partie du karaté a sa raison d'être et ne doit pas être négligée. Même s'il est normal d'avoir des préférences, chaque élément a son intérêt pour préparer physiquement et mentalement à une confrontation réelle.

Soulignons toutefois que le sommet de l'art est l'anticipation. Il ne s'agit plus ici d'anticiper simplement l'attaque pour mieux la contrer mais plutôt d'éviter les situations dangereuses ou les affrontements inutiles pour satisfaire son égo. L'anticipation, c'est aussi se préparer au combat pour dissuader tout assaillant potentiel car il est rare qu'un agresseur s'attaque à personne plus forte surtout si celle-ci vit dans le respect de l'autre.

 

Références

Calendrier

Novembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
20
21
22
23
24
25
27
28
29
30